De retour de nos 11 jours de marche sur les chemins de Compostelle, nous faisons le point sur le tracé que nous avions établi et les étapes sur le tronçon Le Puy-en-Velay / Figeac.

Nous vous livrons dans cet article notre retour d’expérience sur les étapes incontournables de notre parcours (et celles que l’on peut éviter…), et notre avis sur les distances à parcourir  et les hébergements à privilégier sur cet itinéraire.

Le Puy-en-Velay / Figeac : les étapes

Lorsque nous avons préparé notre voyage, il faut bien avouer que nous avions pris un peu à la légère le découpage des étapes.

Nous avions deux contraintes majeures :

> la vile de départ : Le Puy-en-Velay, point de départ « officiel » des pèlerins de la voie du Puy,

> la ville d’arrivée : Figeac (seule étape située à environ 10 jours de marche du Puy et dans laquelle nous pouvions trouver une gare SNCF pour remonter en train à Paris),

> et le nombre de jours pour parcourir le chemin entre Le Puy-en-Velay et Figeac : 11 jours,  nos congés étant posés.

Nous avons donc fait au plus simple : nous avons pris les étapes du topoguide, doublé certaines d’entre elles, sans se soucier outre mesure du nombre de km que nous aurions à parcourir par jour (nous avions ainsi prévu deux étapes à plus de 35km!)…

… mais une fois sur place, nous avons un peu déchanté et modifié notre parcours pour équilibrer les étapes, certaines étant trop courtes et d’autres, trop longues.

Pour vous éviter de faire les mêmes erreurs que nous, nous partageons ici notre itinéraire et nos conseils pour choisir ses étapes sur ce beau tronçon du GR65!

Combien de km par jour sur Compostelle?

Si vous ne voulez pas vous retrouver à devoir dormir dans un de ses refuges improvisé pour pèlerin…

Le Puy-en-Velay / Figeac : les étapes

… il est important de bien calibrer ses étapes. Car sur certaines portions du tronçon, il nous est arrivé de marcher des kilomètres et des kilomètres sans un seul hébergement à la ronde!

Aussi, sauf marcheurs aguerris, ne prévoyez pas plus de 30 km par jour.

Les étapes commencent à être éprouvantes à partir de 20-25km, et ce quel que soit le terrain (les descentes et montées ralentissent le rythme, mais la route fatigue plus vite les pieds, surtout avec un sac à dos un peu lourd…).

Les topoguides proposent des étapes qui permettent d’avoir des journées assez équilibrées (18 km par jour en moyenne), tout en s’arrêtant dans les sites les plus intéressants du chemin.

Chaque journée est détaillée : distance, temps de parcours, carte détaillée, …

Remarque : Pour le calcul des temps, on estime qu’un marcheur tient une moyenne de 4km/h, vitesse qui peut varier bien entendu en fonction du terrain. Pour une journée classique d’environ 20km, il faudra ainsi compter au moins 5h de marche (hors pauses).

Sauf marcheurs aguerris, ne prévoyez pas plus de 30km par jour…

Compostelle : Saint-chély d'aubrac / Espalion

 Le Puy-en-Velay / Figeac : les incontournables

Nous avions défini notre parcours avant de partir pour pouvoir réserver tous les hébergements à l’avance.

Si certains points de chute sont incontournables (ne serait-ce que parce qu’il n’y a pas toujours le choix de l’endroit où s’arrêter sur le parcours!), d’autres le sont moins… Mais dans l’ensemble nous avons été très satisfaits de notre parcours et si c’était à refaire nous n’y changerions probablement pas grand chose.

D’une façon générale, nous partions très tôt le matin pour éviter la chaleur, et arrivions de ce fait assez tôt à notre étape du soir (généralement entre 13h et 15h). Nous avons donc particulièrement apprécié les soirs où nous étions dans des endroits agréables ou dans des villes que nous pouvions visiter, pour passer le temps en attendant le dîner :

Le Domaine du Sauvage (le gîte est très agréable),

Aumont-Aubrac (nous nous sommes régalés au restaurant du coin),

Espalion (ville un peu plus importante que les autres, nous avons pu y faire un peu de tourisme,

> et Conques qui une étape incontournable, ne serait-ce que pour admirer les célèbres vitraux de Pierre Soulages dans l’abbatiale de Conques. En soirée, ne manquez pas les commentaires truculents du père Jean-Daniel sur le tympan de l’abbatiale (autour de 20h30).

Le Puy-en-Velay / Figeac : les incontournables

D’autres étapes qui n’étaient pas prévues dans notre programme nous auraient semblé agréables : Saint-Côme-d’Olt et Estaing, qui font tous les deux partie des plus beaux villages de France.

Le Puy-en-Velay / Figeac en 11 jours

Ci-dessous, la liste de nos étapes entre Le Puy-en-Velay et Figeac, jour par jour, avec nos commentaires sur chacune d’entre elles.

Jour 1 : Le-Puy-en-Velay / Montbonnet (16km)

Arrivés de Paris par le train à 11h38 (départ gare de Lyon à 6h58), nous devions attendre 14h pour récupérer nos crédenciales à l’abbaye du Puy (fermée entre 12h et 14h). Cette première étape, qui correspond à celle proposée par le topoguide, était donc volontairement allégée. La plupart des marcheurs poursuivent jusqu’à Saint-Privat-d’Allier (2km plus loin), ce que nous aurions fait si nous étions partis plus tôt du Puy-en-Velay.

Jour 2 : Montbonnet / Saugues (24km)

Saugues est une des villes les plus importantes que nous avons traversé sur le parcours. Y faire étape nous a permis d’y trouver tout ce dont nous avions besoin pour poursuivre notre chemin (pharmacie, boulangerie, charcuterie, épicerie, …).

Jour 3 : Saugues / Domaine du Sauvage (19km)

L’étape au Domaine du Sauvage est quasiment incontournable et très agréable.

Jour 4 : Domaine du Sauvage / Aumont-Aubrac (27km)

La ville d’Aumont-Aubrac est assez conséquente et permet également de se ravitailler pour la suite. Pour les gourmands, on y trouve de très bons restaurants (dont un étoilé au guide michelin!).

Jour 5 : Aumont-Aubrac / Montgros (23,5km)

Il n’y a rien d’autre à Montgros que le gîte d’étape « La maison de Rosalie ». Pour se ravitailler, il faut se rendre au village de Nasbinals, 3 km plus loin.

Jour 6 : Montgros / Saint-Chély-d’Aubrac (20km)

Petit village, Saint-Chély-d’Aubrac dispose toutefois d’une pharmacie, de quelques commerces (boulangerie, alimentation, …), bars et restaurants.

Jour 7 : Saint-Chély-d’Aubrac / Espalion (25,5km)

Espalion est la plus grosse ville traversée sur cette portion du GR. L’étape est agréable et permet de faire un peu de tourisme. De nombreux commerces, bars, restaurants permettent de faire le plein avant de repartir.

Jour 8 : Espalion / Massip (24km)

Cette étape peut être coupée en deux à Estaing, l’un des plus beaux villages de France, qui mérite qu’on y passe un moment.

Jour 9 : Massip / Conques (24km)

L’étape à Conques est absolument incontournable pour avoir le temps de visiter le village et son abbatiale (de nuit de préférence). Des visites commentées sont proposées à plusieurs heures de la journée.

Jour 10 : Conques / Livinhac-le-haut (22km)

Nous avons emprunté la déviation du chemin des crêtes, il faut compter 24km en suivant le GR. L’étape à Livinhac-le-haut n’est pas très agréable, mais difficile à éviter pour garder une bonne répartition des km sur chaque journée.

Jour 11 : Livinhac-le-haut / Figeac (25km)

Nous sommes repartis directement sur Paris par le train de 17h40 à Livinhac-le-haut et sommes arrivés à Paris à 23h19 en gare d’Austerlitz.